Imprimer

édito 2019

edito-2019I have a dream… Dans la salle obscure, le silence a les yeux bandés de celui qui ne sait plus… Les spectateurs sont figés dans une écoute passionnée : ils sont déjà venus, et ils reviennent, fidèles, tendus vers cette lumière de la scène où se dédouble le réel ; l’imaginaire se concrétise, l’Art s’habille de vérité. Parfois, ils sourient. J’aime les entendre rire ou bien respirer une palpable émotion. Sur le plateau, les comédiens déploient leur talent et les mots sont plus forts encore dans la nuit factice des éclairages éteints.

I have a dream… Que ce soir ne s’achève pas ! Que ce conte fébrile du Jeu n’ait jamais de fin. Oui. Je rêve car je ne peux pas écrire mon devenir… Je suis le conquérant des âmes, celui qui, omniprésent, guette les propos qui fusent, c’est le brouhaha de la sortie, les gens sont heureux, convaincus de la nécessité du spectacle. Mais la victoire de cette soirée me serre le cœur. Ils reviendront, plus nombreux, toujours vibrants d’applaudissements. Chapeau, L’Artiste ! Ô émerveillement de ces mots toujours résonnant dans l’immobilité outremer  des fauteuils vides.

I have a dream… Que se dissipent les hésitations sources d’incertitude, ma hantise de devoir choisir entre deux compagnies, entre deux textes d’écriture péi, entre deux pièces du répertoire ! Et cette angoisse de devoir aussi compter et recompter, au plus près, au plus juste, cette anxiété au ventre de désigner le manque, d’exclure le beau, de biffer le puissant, privant malgré moi le public d’une tragédie, d’un divertissement, d’une parenthèse lumineuse qui annule pour un temps, quelques heures durant, la banale routine des jours.

Oui. Je fais ce rêve étrange et récurrent de quelque manne supplémentaire, d’un partenariat porteur de rassurance ; ce rêve pénétrant  autant que désolé d’une aide providentielle et capitale ; et en moi crie cet appel d’un soutien qui valide mon avenir : un projet qui consolide mes demandes funambules ; un socle ; la statue d’un marbre civique où appuyer des programmations inspirées.

I have a dream.

Oui. Je forge ce rêve et j’ai peur. Je suis LE THEÂTRE, et j’ai peur de me rétrécir, telle une peau de chagrin. Il fait si sombre… Dans la nuit ancestrale de ma salle désertée, j’attends la note bleue de l’espérance. Et des lendemains qui chantent, bien loin de ce présent boiteux qui me bouscule et qui chahute mes perspectives riches d’infinitude.


Imprimer

L’Histoire de France en une Heure

LHistoire de France en une Heure // Cie La Gargouille // Théâtre, conte, historique // Vendredi 8 février à 9h30 - Théâtre de Pierrefonds (scolaire) 


histoire-de-franceLe Notre défi : une heure top-chrono pour raconter près de deux millions d’années d’histoire de ce territoire qui est aujourd’hui la France.

w-aimenoutfacebook 

Enregistrer