Imprimer

Madame Marguerite

Madame Marguerite  // D’après Roberto Athayde // Cie Maecha Metis // Tragédie dramatique // Samedi 29 juin à 20h // Théâtre de Lucet Langenier // 10€ / 6€


marguerite-Le théâtre est miroir des tics, modes et manies de l’humaine société ; insidieusement politique par comique interposé, il peut aussi insuffler une critique acerbe, virulente, nécessaire, des pouvoirs en place : devenir un appel à l’insoumission, un cri de révolte, une incitation à l’action ; pointer du doigt la « résistible ascension » des dictateurs, tyrans sanguinaires et autres usurpateurs qui piétinent les libertés fondamentales  et répandent un silence de terreur. Le Brésilien Roberto Athayde met en scène le personnage métaphorique de « Madame Marguerite », enseignante despotique, maîtresse terrorisante d’une classe à laquelle elle inflige ses diktats avec une autorité répressive qui touche à la démence. Par ce glissement vers une pédagogie d’oppression, bardée de contradictions et d’excès, l’auteur, au travers d’un personnage absurde et ridicule, déchire à belles dents les idéologies fascisantes et la menace pesante d’un néonazisme latent.

Il s’agit d’un texte explosif, d’un terrible électrochoc, cruel, comme un Ubu en jupons, un Arturo Ui à l’école ; mais l’interprétation, la mise en scène inoculent dans cette horreur que l’actualité ne dément pas, quelque chose de clownesque, une énergie à vif, sans concession et le spectacle funambule entre la démesure sans sur-jeu et une part de folie quasi poétique. Un théâtre dont on ne sort pas indemne (car chacun est mis à mal dans son confort moral de personne venue se divertir par le truchement d’un spectacle), mais aussi galvanisé par la performance de Virginie Bernard-Hoareau. A ne surtout pas manquer !