Imprimer

G.R.A.I.N. Histoire de fou

G.R.A.I.N. Histoire de fou /// Par la Compagnie "Mmm", Marie-Magdeleine seule sur scène.
Représentation du 2 mai 2019.
Théâtre Lucet Langenier à Saint-Pierre.

Photo et affiche du spectacle

Sur scène, un décor minimaliste s’il en est, un tabouret, éclairé par une lumière rouge. Et c’est déjà une sorte de trompe-l’œil, on attend une confession drolatique, une sorte de stand-up, façon « je m’assieds et vous m’écoutez ». On est très loin de cela. Car, ce qui caractérise le spectacle auquel nous allons assister, c’est le mouvement. C’est un « seule en scène » démultiplié en une petite flopée de personnages typés, et au déroulement « surmultiplié » ; une pièce à plusieurs, jouée par une seule, Marie-Magdeleine, et qui envahit la scène d’un espace parfaitement défini alors que tout n’est que montré, désigné et en quelque sorte « métré » à grands gestes, mouvement de mains et direction giratoire du corps.

Imprimer

Pigments

Pigments /// De Nicolas Taffin par la Compagnie C-Komplet.
Représentation du 1er au 2 mai.
Théâtre de Pierrefons à Saint Pierre.

photo du spectacle

Le titre de la pièce reste énigmatique, même si, sur le plateau, un espace se détache, un chevalet, des toiles vierges, d’autres en voie de réalisation, et des revues d’Art, un sacré désordre envahissant, complété par des cordes tendues entre deux pans gris, auxquelles sont attachés des esquisses, des dessins et des reproductions de tableaux, comme source d’inspiration. « Pigments » serait donc l’évocation de la peinture traditionnelle lorsque les artistes fabriquaient leur matière première avant d’en vérifier l’effet en peignant. Il y a là quelque chose de noble, l’Art de reproduire, de créer, de s’inscrire dans un mouvement ou au contraire d’innover, d’être à l’avant-garde de la modernité ; mais il demeure une notion d’aléatoire, lesdits pigments pouvant réagir et interagir différemment selon le support, le moment, le degré d’intensité, le dosage.

Plus d'articles...

w-aimenoutfacebook 

Enregistrer